Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
communesalgeriennes

transcription en arabe des noms patronymiques

15 Décembre 2013, 18:04pm

Publié par haouès

Le décret N°81.28 du 07 Mars 1981 relatif à la transcription, en langue nationale, des noms patronymiques publié au JORADP du 10 Mars 1981.

ce décret est intervenu pour harmoniser et déterminer avec précision les règles de transcription des noms patronymiques transcrites en lettres latines, du temps de l'occupation française et qui a continué jusqu'à l'arabisation totale de l'Etat Civil après l'indépendance, aux lettres arabes. Il a été précédé par le décret 81.27 et 81..26 dans le même JORADP.

il a précisé dans son article 2 1) de respecter la phonétique des lettres latines et à l'article 7: 2)l'ordonnance 70.20 du 12/02/1970 portant code de l'Etat Civil, et 3) le décret 71.157 du 3/6/1971 portant procédure de changement de nom restent applicables pour les rectifications d'erreurs matérielles et les demandes de changements de noms. Ces précisions renvoient à distinguer la transcription des rectifications des erreurs matérielles, de demandes de changement de noms et de respecter la phonétique c'est à dire la prononciation des noms patronymiques en lettres latines et de les transcrire fidèlement en lettres arabes. en annexe, les rédacteurs du décret ont jugé utile de joindre les lettres latines et celles correspondantes en arabe comme la lettre K qui peut être selon les prononciations et les régions être traduite soit par ق ou ك . Cette liste est limitative c'est à dire que l'agent chargé de la (re) transcription en lettres arabes des noms doit la respecter.

exemple:

R traduit par: غ ou ر . voire décret ci-dessous.

Malgré ces précisions les transcriptions ont donné lieu à des erreurs monumentales dont voici les dans lesquelles les services des mairies étaient impliqués pour avoir confié ce travail à des agents qui n'avaient aucune formation et qui ne maitrisaient pas la phonétique des lettres latines pour respecter la prononciation. Ce qui a donné un donné un chiffre astronomique de demandes de rectification annoncé par le ministre de la justice.

L'auteur de ces lignes a été l'objet de ce genre d'erreur dont voici les détails: le nom de mon arrière grand-père et mon grand- père sont transcrits sur les registres d'état civile en 1893 ainsi: AOUAS; en application du décret 81.27 la transcription en lettres arabes a donné ceci: أعوس cette transcription, pour ceux qui ne lisent pas les lettres arabes, donne ceci en lettres latines: AOUS on aura remarqué que l'agent a déformé la transcription du nom patronymique qui est AOUS au lieu de AOUAS. Le problème est comment remédier à ça? Par une demande de rectification d'erreur matérielle mais à lire le décret 81.27 il sous entend que les transcriptions des lettres latines vers les lettres arabes ne sont pas des erreurs matérielles. Un autre problème se greffe à celui-ci c'est que les registres d'état civiles ont été créé par une loi et, donc conformément à la hiérarchie des normes c'était par voie législative - une loi et non un décret- qu'il fallait régler le problème des transcriptions des noms patronymiques. De quelle compétence relèvent de telles demandes ? Les parquets ont été instruits par le ministère de la justice de geler les rectifications qui sont les conséquences d'erreur de transcription des lettres latines aux lettres arabes. une procédure spécifique à ces erreurs est en cour d'élaboration. Mais le citoyen administré continue de subir les conséquences de telles erreurs.

transcription en arabe des noms patronymiques