Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
communesalgeriennes

Commune et initiative locale

23 Juin 2014, 18:37pm

Publié par haouès

Dans le supplément économie d'ElWatan du dimanche 23 Juin 2014 à la page VII un article intitulé: le dilemme des responsables locaux de Abdelhak Lamiri se termine par la phrase suivante: " Tout ceci exige bien évidement de changer de regard sur les possibilités et les méthodes de gestion locale."

On aura compris qu'il s'agit de développement locale.Nous allons commencer par la conclusion de cet article parce qu'il énumère des actions ou activités locales où le responsable locale se trouve bloqué par l'architecture des lois et règlements qui handicapent ses promesses électorales.

1) Centralisation des décisions de développement.

"aucun économiste ne croit à l'heure actuelle qu'un développement hyper centralisé ( comme le notre) est à même de propulser un pays en voie de développement en une nation émergente" Une règle de plus ignorée dans notre pays. Il n'est un secret pour personne que la source des finances des communes ce sont les impôts, viennent en seconde position les produits des biens immobiliers. Or la gestion et la répartition de la part des communes dans l'impôt est gérée par l'administration centrale du ministère de l'intérieur à travers le Fond commun des collectivités locales ( devenu récemment caisse de solidarité des collectivités locales) à la tête duquel se trouve un directeur central du même ministère assisté d'un conseil d'administration qui ne joue pas le rôle qui lui est dévolu en raison de sa composante géographiquement disparate dans un pays de plus de 2 millions de km2. Chaque année budgétaire le sg de la commune reçoit une feuille de calcule qui retrace la part de la commune des impôts établis par ce Fond. D'où le caractère inquisitoire, centralisé et unilatéral de l'assiette de l'impôt communale. Les prévisions budgétaires doivent reproduire fidèlement les montants exactes figurant sur cette fiche de calcule. Le rôle de l'administrateur de commune se trouve réduit à recopier ce que la ministère a ordonné.Pour les projets d'équipement les communes disposent de Programmes communaux de développement lesquels programmes sont décidés par l'administration de la Wilaya et celle des ministère de l'intérieur et des finances. Les responsables des communes peuvent faire des propositions de projets selon les besoins de leur commune lesquels propositions nécessite des compétences techniques dans le domaine proposé: habitat, hydraulique,agriculture,industrie... dont les communes ne disposent pas et c'est là que l'administration de la wilaya intervient par l'intermédiaire de ses directions. Donc le développement locale échappe aux communes par leur pauvreté en ressources humaines.

2) Les ressources humaines.

Aucun institut ni école ne forme des cadres pour les communes. Les responsables peuvent bien répondre par l'existence des annexes de l'Ecole Nationale d'Administration ou les centres de perfectionnement des personnels des collectivités locales mais ces structures se sont révélés incapables de répondre aux besoins des communes ni en quantité et encore moins en qualité.De plus les plans de formation et de perfectionnement des personnels n'existe pas dans l'organigramme des communes parce que cette mission relève du ministère de tutelle.Les communes n'ont pas la possibilité de former ni d'arrêter le tableau des effectifs ni de recruter sans l'avis du wali, le personnel administratif, technique ou ouvriers professionnels.

à suivre..............